Peut-on mettre des feuilles de noyer au pied d'un rhododendron ? [Résolu]

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
J'ai un vieux rhododendron de plus de 15 ans, et j'ai mis des feuilles de noyer au pied pensant que cela acidifierait la terre. Mais je m'inquiète car l'on me dit que c'est un herbicide... quelqu'un peut-il me dire si je dois les retirer ou non...

9 réponses


bonjour les feuilles de noyer sont reconnues comme etant toxiques moi j'en ais un et les feuilles direction poubelles ce que je vous conseille a+

C'est marrant de voir encore les trouilles démesurées que peut créer ce qu'on ne connait pas. A lire les mesures prises envers les feuilles de noyer, on a l'impression qu'un noyer, c'est un Tchernobyl dans son jardin. Si vous vous promenez dans la nature et regardez sous un noyer, vous verrez qu'il y a des choses qui poussent autour, peut-être un peu moins vers le pied là où il y a une couche plus importante de feuilles. Il y a beaucoup de chose fausse sur les noyers, allez dans la région de Grenoble des noyers il y en a sur des hectares, et pourtant d'autres choses y poussent aussi. Si vous en mettez une quantité raisonnable qui n'étouffe pas le pied de rhododendron, il n'y a pas de risques Enlevez les avant chaque hiver et mettez en de nouvelles. Cordialement

Moi perso, je les enlèverais. La juglone, sécrétée par les feuilles de noyer et lessivée par la pluie, a la réputation d'être effectivement une substance qui, entre autres, empêche la pousse de nombreuses espèces. Et j'opterais pour de la terre de bruyère, que l'on peut également trouver dans des zones plus ou moins humides ou acides (type endroits où poussent les myrtilliers par ex.).

il n'y a pas de probleme, de plus je possede un noyer de plus de 3 metres de haut et age et j'ai plante des lys des arbustes un groseiller de la menthe des coquelicots des giroflees un hibicus et cette annee des tomates du thym et des salades et tout cela pousse tres bien, seul bemol j'ai du mettre une protection au dessus de mon bassin a cause des feuilles, sinon tout va bien.

sous un noyer tombent les feuilles du noyer , sous un rododendron tombent les feuilles du rododendron , la nature est ainsi faite ...

Avec la juglone qu'elles contiennent, les feuiles de noyer sont dites toxiques, se décomposant mal . D'après un petit article des "4 saisons du jadin bio", seuls certains légumes en souffrent : pommes de terre, tomates, aubergines, poivrons, choux, betteraves, petits fruits... Je pense personnellement que c'est plutôt dû à l'ombre de l'arbre, que ce soit celle d'un noyer ou d'une autre espèce. Ce problème, dit l'article, s'estompe pour les feuilles mortes car la juglone, au contact de l'air, de l'eau et des microorganismes décomposeurs, est détruite en 2 à 4 semaines. Passé ce délai, les feuilles entassées peuvent être utilisées en paillis ou dans le compost. Le noyer noir (d'Amérique), riche en juglone, en contient plus que le noyer commun (d'Europe). Mais je pense qu'effectivement une terre de bruyère convient bien aux hortensias. Il faudrait faire un essai avec des feuilles de noyer au pied d'un seul hortensia et voir s'il y a une différence de comportement par rapport aux autres (hortensias poussant dans les mêmes conditions) .

En parfait accord avec Gérard. Bon courage Daniel André

pour mettre de l'acidite aux rodos le meuilleur et recuperer les branches de taille des sapins et les poser au pied de plus ça empeche les limaces de les abimer a cause des épines de sapin

Quand je vais ramasser des noix sur les bords de la marne, la seule chose qui semble bien pousser sous les noyers sont les orties. De là à dire qu'il ne faut pas en mettre au pied des rhodos je n'en sais rien ! Pour mes rhodos,hortensias et azalées du japon ou molly je fais un apport de bonne terre de bruyère certifiée ( pas la terre "dite de bruyère") tout les 2 ans environ après avoir gratté et enlevé la couche superficielle jusqu'au ras des racines, çà coute un peu en huile de coudes et en Euros mais faut ce qu'il faut si on veut essayer d'avoir du beau quand on a pas la chance de pouvoir planter en terres spécifiques. Michel