Mon petit coeur de chien est mort mardi dernier [Résolu]

- 18 mars 2013 à 22:52 - Dernière réponse :  Holloway
- 4 juin 2018 à 14:59
Bonjour,
mon petit cifer petit chien sans race m'aquitée il y a une semaine à m^me pas 12 ans je suis détruit e amputée de lui c'était mon enfant ce que je lui ai donné en amour il me l'a rendu au centuple je suis handicapée physique à cause d'une sale polyarthrite et ces douze années il a été mon tuteur ma raison de vivre mon soleil je ne vais pas surmonter ce drame il était en pleine forme il y a encore 1 moi et demi et tout soudain s'est détérioré radio echo prise de sang il ne mange plus il vomit sans cesse paralysie partielle du larynx et soupconde tumeur il soufrre st ce mardi matin il m'a regardée et dans ses yeux j'ai compris la question"maman toi qui m'aimes tant pourquoi tu fais rien j'en peux plus" j'ai de nouveau appelé le vétérinaire qui m'a dit il faut l'endormir pour éviter le mot euthanasier ma voisine est venue et n ous l'avons assisté dans son départ.Je souffre je suis désespérée mais j'ai pris sa souffrance c'est l'ultime chose que je pouvais faire pour mon petit coeur.Marlène
Afficher la suite 

Votre réponse

4 réponses

Meilleure réponse
1
Merci

mon meilleur ami ,mon ame soeur a tirer sa reverence chien ecxeptionnel ce fut mon compagnon de chaque jour durant 10 ans je pleure chaque moments sa perte irremplacable alors courage à vous qui venez de perdre votre moitè à quatre pattes; monik

Merci denust 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

Journal des femmes a aidé 711 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de denust
- 19 mars 2013 à 15:18
0
Merci
Bonjour,

Je comprends au combien votre douleur l'ayant vécu le 5 décembre dernier. J'avais lancé ici même un cri de désespoir mon intitulé était " faut il que je laisse partir mon boubou". J'ai eu quelque réponse de soutien mais celà n'a pas du tout atténuer mon chagrin je vis dans son souvenir tous les jours devant son portrait qui trône dans la salle à mangé brûle une petite bougie. Je sais que pour certain, je suis bonne a être internée mais je m'en fiche j'aimais ma boule de poil mon amour mon compagnon mon amie mon enfant. Tout comme vous il a fallut que je me résigne à le faire endormir et je peux vous dire que lorsqu'il s'en est allé j'ai hurlé comme une bête donc oui je comprends ô combien votre douleur votre chagrin. Pensez que vous lui avez donné la plus belle preuve d'amour en ne le laissant pas souffrir et il vous en remercie là où il se trouve. Moi mon boubou je l'ai fait incinérer seul et j'ai récupérer son urne qui est là où il dormait dans ma chambre et toute ma famille le sait que lorsque moi aussi je partirais vers d'autre contrée il sera avec moi pour l'éternité. On dit que le temps adoucit la souffrance certes mais on n'oublie pas . Peut être que dans quelque temps pas pour le remplacer loin de là car ils sont irremplaçable nos loulous pensez à reprendre un compagnon que vous rendrez heureux .
je vous souhaite beaucoup de courage et je suis de tout coeur avec vous.
Voici le poème que j'ai écrit à mon loulou pour lui dire combien je l'aime combien il me manque et combien je le remercie pour tout le bonheur et la joie qu'il m'a apporté.


BOUBOU, toi qui m'a donné tant de douceur,
toi qui m'a donné tant de bonheur,
Toi, qui réchauffé mon coeur,
dans mes moments de pleurs!

BOUBOU,

Ma boule d'Amour, qui a enrichit ma vie,
de souvenirs tellement jolis,
inscrit dans le livre de ma vie!

BOUBOU,

Grand être de douceur,
nous avons traversé des nuits d'orages,
nos coeurs remplis de rage!

BOUBOU,

Toi l'ami fidèle pour toujours,
Celui qui ne trahit jamais, quelque soit le parcours.

BOUBOU,

Après un dernier regard le 5 décembre dernier,
qui m'a enlevé tout espoir à jamais,
Tu m'as fait un dernier baiser,
comme pour me dire je dois te laisser....

BOUBOU,

Tu es parti doucement sur la pointe de tes papattes.
j'ai revu tous nos moments!
te voilà envolé vers cette fameuse éternité que j'appelle la liberté!

BOUBOU,

Va mon COEUR, mon BONHEUR,
tu as gagné ta place au paradis,
et si tu croises un ange, laisse toi donc emporté,
dans les profondeurs du firmament!

BOUBOU,

Grand être de douceur,
n'oublie jamais ta maman,
un jour tu verras je reviendrais auprès de toi!

BOUBOU,

Au revoir mon COEUR, au revoir mon AMOUR,
Au revoir mon GRAND BONHEUR,
Au revoir GRAND ETRE DE DOUCEUR
Commenter la réponse de kitelle45
Messages postés
21
Date d'inscription
jeudi 16 février 2012
Dernière intervention
4 mars 2015
- 28 mars 2013 à 19:43
0
Merci
BONJOUR.Empressez-vous de suivre le tres avise conseil de kitelle et sans trop tarder.J'en suis a mon 6eme et rien ne vous consolera mieux q'un nouveau toutou.Le suivant saura tres bien,non-pas vous faire oublier celui qui vient de mourir,mais vous aidera a franchir le cap de la tristesse de la perte d'un etre cher.
Comme kitelle a milles fois raison!!!!,une personne tres avisee assurement.et de plus poete!BRAVO KITELLE.J'adhere totalement a votre commentaire.On ne peut pas mieux dire.Alex
Commenter la réponse de rocky47
0
Merci

Bonjour à tous,

Ma petite Carlin nous a quittés il y a un mois, et je ne parviens pas à accepter sa disparition. Elle avait quinze ans, mais elle était restée la petite chienne adorable qu'elle avait toujours été, jolie, affectueuse, si présente, amusante, une vraie petite boule de tendresse qui ne supportait d'être seule une minute. Les années n'avaient pas entamé sa jolie petite bouille, même si elle avait blanchi. Gourmande comme pas une, il fallait surveiller ses prises de nourriture, et nous nous amusions de voir combien ses yeux brillaient quand venait l'heure des repas. Elle se serait damnée pour un petit morceau de biscuit. 

Elle connaissait l'heure de sa promenade, et chaque après-midi, nous allions faire un tour. Tout le monde la connaissait dans le quartier, et les caresses étaient son lot quotidien, surtout de la part des enfants qui la trouvaient si drôle avec sa langue dont un petit bout dépassait toujours, comme souvent chez les carlins. Les années ont passé, trop vite sans doute, et puis les problèmes sont venus. Difficultés respiratoires, urée, coeur qu'il fallait surveiller. En dernier, ce furent des crises qui ressemblaient à de l'épilepsie, des convulsions avec une perte de conscience. Elle tournait sans plus paraître savoir où elle était et sans plus nous reconnaître. Au mois d'avril, le vétérinaire a renforcé son traitement et il y a eu une très nette amélioration. Les crises avaient cessé, et nous avions repris espoir. Pendant un mois, elle était à nouveau bien, vive, gaie, pleine de vie.  Hélas, les crises ont repris, un soir vers 22 heures. Elles ont duré toute la nuit, ne lui laissant que de brefs répits de dix ou quinze minutes. C'était un véritable crève-coeur de la voir tourner sans cesse sans pouvoir rien faire pour la soulager. Nous n'avons pas dormi de la nuit. Au matin, elle s'est apaisée un peu, sans doute à cause de la fatigue. Une nouvelle crise l'a reprise vers 8 heures. Nous avons contacté le vétérinaire, et la conclusion s'est imposée d'elle-même. A 11 heures, tout était fini, et notre jolie petite dormait pour toujours. 

Depuis, la maison nous semble terriblement vide. J'ai l'impression qu'elle va revenir, je crois l'entendre ou la voir dans son couffin. Les matins et les soirs sont les moments les plus durs de la journée. Nous regardons ses photos. Nous avons placé la petite urne qui renferme ses cendres dans son couffin car nous n'avons pas encore franchi le pas de la mettre définitivement dans le petit jardin où elle sera à côté de son vieux copain le chat Basile parti en décembre 2016, juste avant Noël.

Les voisins nous conseillent de vite reprendre un autre petit chien, mais ils ne comprennent pas ce que cette petite avait pour nous d'exceptionnel et d'unique. On ne remplace pas un petit être cher comme une voiture ou comme un téléviseur qui a rendu l'âme. Il nous reste nos souvenirs, ces liens si forts par-delà la séparation. Nos souvenirs, bien sûr, et pourquoi le cacher, nos larmes.

Adieu, jolie petite. Là où tu es maintenant, tu as retrouvé Basile. Jouez tous les deux à saute-nuage, courez après les oiseaux dans le ciel, et quand vient la nuit, dormez l'un contre l'autre, roulés en boule, comme vous le faisiez quand vous étiez encore avec nous. Nous vous avons tant aimés. Adieu, mes petits.

Commenter la réponse de Holloway